Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Agence canadienne d'évaluation environnementale

Communiqué

Le projet de la dérivation partielle de la rivière Manouane est jugé satisfaisant d'un point de vue environnemental

HULL (Québec) - le 24 janvier 2003 - L'honorable David Anderson, ministre de l'Environnement, a aujourd'hui annoncé que le projet d'Hydro-Québec prévoyant la dérivation partielle de la rivière Manouane ne nécessitera pas de renvoi à un médiateur ou à une commission d'examen selon la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale. Le ministre David Anderson a renvoyé le projet à l'autorité fédérale responsable, Pêches et Océans Canada, afin que celle-ci prenne les mesures nécessaires.

Après avoir considéré le rapport d'étude approfondie, les commentaires du public et la réponse de l'autorité responsable à ces commentaires, le ministre a conclu que ce projet n'est pas susceptible de causer des effets environnementaux négatifs importants, à la condition que soient mis en oeuvre les mesures d'atténuation et le programme de suivi identifiés dans le rapport d'étude approfondie.

La détermination du ministre tient compte, de façon particulière, de l'engagement de Pêches et Océans Canada à ajouter une condition spécifique à l'autorisation qu'il compte émettre en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables. Cette condition vise l'implantation d'un programme de suivi d'une durée de cinq ans qui a pour but de vérifier l'efficacité des mesures prévues pour atténuer les effets négatifs du projet sur la navigation. Selon ce programme de suivi, si le statut de navigabilité actuel n'est pas maintenu par rapport à l'état de référence réalisé à l'été 2002, Hydro-Québec aura l'obligation de mettre en ?uvre des mesures correctrices jusqu'à ce que les conditions de navigation des plans d'eau affectés par le projet soient jugées satisfaisantes par Pêches et Océans Canada. Selon cette condition, Hydro-Québec devra également, avant le 1er mai suivant chacune des années de suivi, consulter les utilisateurs de la rivière quant aux caractéristiques de navigabilité des plans d'eau et, le cas échéant, aux mesures correctrices à mettre en œuvre.

« L'ajout de cette condition et sa mise en ?uvre sont les éléments clés qui me permettent de conclure que le projet n'aurait pas d'effets importants sur la navigation », a déclaré le ministre. « Il est essentiel que Pêches et Océans Canada veille, de façon très particulière, au respect et à la mise en œuvre de cette condition ».

La rivière Manouane, qui se jette dans la rivière Péribonka, est située au Saguenay - Lac-Saint-Jean. L'eau serait dérivée vers le réservoir Pipmuacan sur la Côte Nord et permettrait d'optimiser l'exploitation de deux centrales hydroélectriques situées sur la rivière Betsiamites. Le projet comprend notamment la construction d'un barrage et de trois digues aux environs du km 97 de la rivière Manouane. Un débit minimum de 3 m³/s serait maintenu en tout temps dans la rivière Manouane, au site du barrage.

- 30 -

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale administre le processus fédéral d'évaluation environnementale. Ce processus permet de déterminer les effets environnementaux des projets à l'étude, de prendre les mesures appropriées à ces effets et ce, en favorisant le développement durable.

Renseignements :

Robert Deslauriers
Conseiller principal en communications
Agence canadienne d'évaluation environnementale
Tél. : (819) 953-9407
Téléc. : (819) 953-2891
Courriel : robert.deslauriers@acee-ceaa.gc.ca