Government of Canada Response to the Report of the Federal Review Panel for the Taseko Mines Limited's Prosperity Gold-Copper Mine Project in British Columbia Réponse du gouvernement du Canada au rapport du Comité d'examen du fédéral : Projet de mine d'or et de cuivre Prosperity de Taseko Mines Ltd. de la Colombie-Britannique

Reference Number
2367
Date Submitted
2010-11-02 12:00:00 AM
Text

Government of Canada Response to the Report of the Federal Review Panel for the Taseko Mines Limited's Prosperity Gold-Copper Mine Project in British Columbia

The Project

Taseko Mines Limited (Taseko) proposes to develop a high-tonnage open pit gold-copper mine (the Project) to be located 125 km southwest of Williams Lake, British Columbia (B.C.). The mineral deposit is described as being located 1 km north of Teztan Biny (Fish Lake) and 10 km northeast of lower Dasiqox Biny (Taseko Lake) and in the Teztan Yeqox (Fish Creek) watershed. The mine site would be located on a 35 km² parcel of land. The Project would be carried out in three phases, a construction phase (2 years), an operational phase (20 years) and closure phase (up to 24 years).

As proposed, the Project would involve an open-pit mine that would produce gold and copper over a 20-year operating life with a production capacity of approximately 70,000 tonnes per day. The Project would include five main elements: mine site, access road, transmission line, rail load-out facility and fish and fish habitat compensation works. The mine site would include an open pit, a camp, an onsite mill, support infrastructure, waste rock stockpiles, a tailings storage facility, and typical large-scale open pit mining equipment, including a primary crusher and overland conveyor. Access to the mine site would be via a 2.8 km access road which would be extended from an existing road.

Electricity would be provided via a 125 km long, 230 KV power transmission line, connected to a new switching station at the existing B.C. Hydro north-south transmission corridor in the vicinity of Dog Creek, east of the Fraser River. The ore would be processed in the mill and the resulting concentrate would be trucked to the existing rail loading facility at Macalister. Taseko proposes to place waste rock, overburden, low grade ore and tailings in natural water bodies, after draining them, which would result in the destruction of Teztan Biny (Fish Lake), Y'anah Biny (Little Fish Lake) and Teztan Yeqox (upper Fish Creek).

The 24-year closure phase would include the time period from the end of tailings production through to the time period when the open pit would fill with water and start discharging that water to the receiving environment.

The Environmental Assessment Process

The environmental assessment (EA) under the Canadian Environmental Assessment Act (CEA Act) commenced on July 10, 1997 as a comprehensive study. On February 19, 2007, Fisheries and Oceans Canada (DFO), with the support of Transport Canada (TC) and Natural Resources Canada (NRCan), as the Responsible Authorities (RAs), referred the Project to the Minister of the Environment for referral to a review panel. On January 19, 2009, the Minister of the Environment referred the project to a Federal Review Panel (the Panel).

The Project requires:

  1. DFO authorization under section 32 of the Fisheries Act to permit the destruction of fish by means other than fishing; an authorization under subsection 35(2) of the Fisheries Act to harmfully alter, disrupt or destroy fish habitat; and a recommendation to the Governor in Council (GiC) for the making of regulations to list portions of the Teztan Yeqox (Fish Creek) watershed as a tailings impoundment area on Schedule 2 of the Metal Mining Effluent Regulations (MMER) under paragraphs 36(5) (a) to (e) of the Fisheries Act.
  2. NRCan licence under paragraph 7(1)(a) of the Explosives Act for the construction and operation of an explosives factory and magazine; and
  3. TC approvals under the Navigable Waters Protection Act (NMPA), specifically; subsection 5(2) for the placement of the dam in Fish Creek, subsection 5(3) for the placement of the transmission lines over Big Creek and the Fraser River.

In addition, under a process independent of this EA, a GiC authorization to allow an exemption under section 23 of the NWPA, which authorizes the dumping of fill in navigable waters less than 20 fathoms is required. This will extinguish navigation on Teztan Biny (Fish Lake) and Y'anah Biny (Little Fish Lake).

A number of these regulatory requirements made it necessary to conduct an EA for the Project under the CEA Act prior to issuing any federal approvals.

Various opportunities for participation by interested parties were provided for during the Panel process. Public comment periods were held on the draft agreement concerning the establishment of the Panel, the guidelines for the preparation of the Environmental Impact Statement (EIS) and the EIS itself.

The Panel held public hearings from March 22 to May 3, 2010 in the communities most affected by the Project. The Panel held three types of hearing sessions: general, community, and topic-specific. The general hearing sessions were held in Williams Lake, 100 Mile House and Alexis Creek. The Panel held community hearing sessions in the First Nation communities of the Tsilhqot'in First Nation (TFN), including the Xeni Gwet'in (Nemiah Band), the Yunesit'in (Stone Band), the Tl'esqox (Toosey Band), the Tl'etinqox (Anaham Band) and the Tsi Del Del (Redstone Band) as well as the First Nations communities of the Stswecem'c/Xgat'tem (Canoe Creek Band) and the Esketemc (Alkali Lake Band). Topic-specific sessions on alternative means of carrying out the Project, water quality and quantity, fish and fish habitat, terrestrial environment and socio-economics were also held in Williams Lake. Closing remarks were received in Williams Lake on May 1, 2010 and May 3, 2010. The Panel was in session for 31 hearing days, over 42 calendar days. The public hearing sessions were very well attended, with approximately 320 presentations being made to the Panel and a total of approximately 2,700 people attending the various hearing sessions.

The Panel considered the following issues at the hearings: purpose, need, and alternatives to the Project, including alternative means of carrying out the project; potential environmental effects, including effects on human health, water management and quality, fish and fish habitat, and terrestrial resources; potential accidents and malfunctions; cumulative environmental effects; socio-economic issues; Aboriginal issues, including traditional land use and Traditional Ecological Knowledge; tailings management; air emissions; stakeholder and public consultation; and environmental sustainability.

The hearings gave interested parties the opportunity to better understand the Project and its consequences, and to provide their views and concerns to the Panel. Taseko presented information on the Project and provided clarifications as required. Federal Government agencies also presented their views on the Project and its potential effects and mitigation measures.

The Federal Review Panel Report

The Panel delivered its Report to the Minister of the Environment on July 2, 2010. The Report addresses the factors identified in the Panel's terms of reference and sets out the rationale, conclusions and recommendations of the Panel relating to the EA of the Project, including any mitigation measures and follow-up program.

The Panel concluded that the Project would result in significant adverse environmental effects on fish and fish habitat, on navigation, on the current use of lands and resources for traditional purposes by First Nations and on cultural heritage. The Panel also concluded that the Project, in combination with past, present and reasonably foreseeable future projects would result in a significant adverse cumulative effect on grizzly bears in the South Chilcotin region and on fish and fish habitat.

The Panel stated in its report that the potential employment and economic benefits of the Project were considered by many to be beneficial and that Taseko had indicated that the Project was expected to generate, on average, approximately 375 direct jobs per year during the construction and operations phases. Additionally, approximately 600 indirect and induced jobs per year on average would be created within British Columbia during the 20-year operating life of the mine. Spending in the regional and provincial economy would be approximately $200 million with government revenue estimated to be $30 million annually over the life of the Project.

The Panel made twenty-four recommendations relating to the management of environmental effects, should the project proceed. However the panel outlined that the project would result in significant adverse environmental effects on the current use of lands and resources for traditional purposes by First Nations and on cultural heritage and on certain potential or established Aboriginal rights and title..

Government of Canada Conclusions

The response to the Panel's Report and recommendations to the Government of Canada are addressed through this federal response pursuant to subsection 37(1.1) of the CEA Act, as approved by the GiC and in consultation with other federal agencies.

The Government of Canada accepts the conclusions of the Panel as presented in the Report. The Government commends the Panel for undertaking a thorough and comprehensive assessment of the environmental effects of the Project.

Taking into consideration the Report of the Panel and the implementation of any mitigation measures that the RAs consider appropriate, and in weighing the socio-economic benefits and potential signifcant adverse environmental effects the Government of Canada has determined that the significant adverse environmental effects cannot be justified in the circumstances.

The Government of Canada wishes to see resource projects developed, however, it must balance the economic benefits of projects with responsible resource development. The Government is not opposed to the mining of the Prosperity ore body, however, it cannot justify providing the authorizations that would enable the Project to be carried out as proposed. The Government notes that this decision does not preclude the proponent from submitting a project proposal that includes addressing the factors considered by the panel.

Course of Action Decision

Paragraph 37(1.1)(c) of the CEA Act, indicates that the Responsible Authorities (RAs), DFO, NRCan and TC, shall take a course of action that is in conformity with the approval of the GiC. As a result, under subsection 37(1) of the CEA Act, the RAs, shall not exercise any power or perform any duty or function conferred on them by or under any Act of Parliament that would permit the Project to be carried out in whole or in part.

The RAs will not issue any subsection 35(2) Fisheries Act authorizations, any paragraph 7(1)(a) Explosives Act licence or any paragraph 5(2) and 5(3) Navigable Water Protection Act approvals associated with this Project. DFO will not make a recommendation to amend the Metal Mining Effluent Regulations (MMER) to allow tailings storage in Teztan Biny (Fish Lake), Y'anah Biny (Little Fish Lake) and portions of Teztan Yeqox (Fish Creek).


Réponse du gouvernement du Canada au rapport du Comité d’examen du fédéral : Projet de mine d’or et de cuivre Prosperity de Taseko Mines Ltd. de la Colombie-Britannique

Description du projet

Taseko Mines Limited (ci-après appelée Taseko) propose d’exploiter une mine d'or et de cuivre à ciel ouvert et à fort tonnage (ci-après appelé le projet) qui doit se trouver à 125 km au sud-est de Williams Lake, Colombie-Britannique (C.-B.). On dit de ce gisement minéral qu’il se trouve à 1 km au nord de Teztan Biny (Fish Lake) et à 10 km au nord-est de la partie inférieure de Dasiqox Biny (Taseko Lake) et dans le bassin hydrographique de Teztan Yeqox (Fish Creek). Le site de la mine serait situé sur une parcelle de terrain d’une superficie de 35 km². Ce projet serait réalisé en trois phases, soit une phase de construction (2 ans), une phase d’exploitation (20 ans) et une phase de fermeture (pouvant atteindre 24 ans).

Comme on l’a proposé, le projet impliquerait une mine à ciel ouvert où l’on produirait de l’or et du cuivre sur une période de 20 ans avec une capacité de production quotidienne de près de 70 000 tonnes. Le projet comporterait cinq éléments principaux, soit le site de la mine, le chemin d’accès, la ligne de transmission, un centre de déchargement sur rail, ainsi que des travaux de compensation au niveau du poisson et de l’habitat du poisson. Le site présenterait une mine à ciel ouvert, un camp, une usine de concentration sur place, des infrastructures de soutien, des amas de stériles, un centre de stockage des refus de broyage, ainsi que l’équipement que l’on retrouve habituellement dans le cas d’une mine à ciel ouvert à grande échelle, dont un concasseur principal et un transporteur en surface. L’accès au site de la mine s’effectuerait au moyen d’un chemin d’accès de 2,8 km qui se prolongerait à partir d’un chemin actuel.

L’électricité serait acheminée au moyen d’une ligne de transmission hydroélectrique de 230 kV d’une longueur de 125 km reliée à une nouvelle station de commutation au niveau de l’actuel corridor de transmission nord-sud de B.C. Hydro qui se trouve à proximité de Dog Creek, à l’est du fleuve Fraser. Le minerait serait transformé dans l’usine de concentration, alors que le concentrat ainsi produit serait transporté par camions vers l’actuel centre de chargement ferroviaire situé à Macalister. Taseko propose de déposer le stérile, les morts-terrains, le minerai pauvre et les refus dans les étendues d’eau naturelle, après les avoir vidées, ce qui entraînerait la destruction de Teztan Biny (Fish Lake), Y’anah Biny (Little Fish Lake) et Teztan Yeqox (partie supérieure de Fish Creek).

La phase de fermeture d’une durée de 24 ans comprendrait la période allant de la fin de la production de refus jusqu’à la période où le trou de la mine se remplirait d’eau qui commencerait alors à de déverser dans le milieu récepteur.

Processus d’évaluation environnementale

L’évaluation environnementale (ÉE) en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (LCEE) a débuté le 10 juillet 1997 sous forme d’étude détaillée. Le 19 février 2007, Pêches et Océans Canada (MPO), avec l’aide de Transports Canada (TC), de Ressources naturelles Canada (RNCan) et des autorités responsables (AR), confiait le projet au ministre de l’Environnement afin qu’on le remette à un comité d’examen. Le 19 janvier 2009, le ministre de l’Environnement transmettait celui-ci à un Comité d’examen fédéral (ci-après appelé le Comité).

Ce projet exige :

  1. L’autorisation du MPO en vertu de l’article 32 de la Loi sur les pêches afin de permettre la destruction du poisson par des moyens autres que la pêche; une autorisation en vertu du paragraphe 35(2) de la Loi sur les pêches afin de pouvoir procéder à la détérioration, destruction ou perturbation de l'habitat du poisson ; ainsi que la présentation d’une recommandation au gouverneur en conseil (GC) pour l’établissement d’un règlement touchant l’inscription de parties du bassin hydrographique de Teztan Yeqox (Fish Creek) en tant que bassin d’accumulation de résidus à l'annexe 2 du Règlement sur les effluents des mines de métaux (REMM) en vertu des paragraphes 36(5) (a) à (e) de la Loi sur les pêches.
  2. Un permis de RNCan en vertu du paragraphe 7(1)(a) de la Loi sur les explosifs afin de procéder à la construction et à l’exploitation d’une usine et d’un dépôt d’explosifs; et
  3. Des approbations de TC en vertu de la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN), dont plus précisément l’alinéa 5(2) en ce qui concerne l’emplacement du barrage à Fish Creek et l’alinéa (5(3) concernant l’aménagement de lignes de transmission au-dessus de Big Creek et du fleuve Fraser.

De plus, en vertu d’un processus indépendant de cette ÉÉ, une autorisation du GC accordant une exemption en vertu de l’article 23 de la LPEN, qui autorise le déversement de remblai dans les eaux navigables à moins de 20 brasses est nécessaire. Ces opérations auront pour effet d’empêcher la navigation sur Teztan Biny (Fish Lake) et Y’anah Biny (Little Fish Lake).

En raison de certaines de ces exigences réglementaires, il est devenu nécessaire de procéder à une ÉE du projet en vertu de la LCEE avant que ne soit accordée toute approbation du fédéral.

Plusieurs possibilités de participation par les parties intéressées se sont présentées au cours du processus du comité. Des périodes de commentaires publics se sont déroulées concernant l’ébauche d’entente portant sur la création du Comité, sur les directives de préparation de l’Énoncé des incidences environnementales (ÉIE) et sur l’ÉIE en tant que tel.

Du 22 mars au 3 mai 2010, le Comité a tenu des audiences publiques au sein des communautés les plus touchées par le projet. Il a ainsi tenu trois genres d’audiences, soit générales, communautaires et axées sur un sujet en particulier. Les audiences générales se sont déroulées à Williams Lake, à 100 Mile House, ainsi qu’à Alexis Creek. Le Comité a tenu des audiences communautaires au sein des communautés des Premières nations de la nation Tsilhqot’in (PNT), incluant les Xeni Gwet’in (bande de Nemiah), les Yunesit’in (bande de Stone), les Tl’esqox (bande de Toosey), les Tl’etinqox (bande d’Anaham) et les Tsi Del Del (bande de Redstone) de même qu’au sein des communautés des Premières nations que sont les Stswecem'c/Xgat’tem (bande de Canoe Creek) et les Esketemc (bande d’Alkali Lake). Les séances consacrées aux sujets précis, soit sur les façons alternatives de réaliser le projet, la qualité et la quantité d’eau, le poisson et l’habitat du poisson, l’environnement terrestre et l’aspect socio-économique ont également eu lieu à Williams Lake. Le mot de la fin a été prononcé à Williams Lake le 1 et le 3 mai 2010. Le Comité était en séance pendant 31 jours d’audience qui se sont étirés sur 42 jours civils. Les séances des audiences publiques ont connu énormément de succès, alors qu’on a effectué tout près de 320 présentations au Comité et environ 2 700 personnes y ont assisté.

Le Comité s’est penché sur les enjeux suivants lors des audiences : but, besoin et alternatives au projet, incluant les méthodes alternatives afin de réaliser celui-ci; les effets éventuels sur l’environnement, incluant les effectifs sur la santé humaine, la gestion et la qualité de l’eau, le poisson et l’habitat du poisson, ainsi que les ressources terrestres; les accidents et les défectuosités possibles; les effets cumulatifs sur l’environnement; les enjeux socio-économiques, incluant l’utilisation traditionnelle des terres et le savoir écologique traditionnel; la gestion des refus; les émissions atmosphériques; les consultations auprès des intervenants et de la population; et la durabilité de l’environnement.

Les audiences ont permis aux parties intéressées de mieux comprendre le projet et ses conséquences, sans compter qu’ils ont alors pu exprimer leurs points de vue et leurs préoccupations au Comité. Taseko a présenté des renseignements sur le projet, ainsi que des clarifications lorsque c’était nécessaire. Les organismes du gouvernement fédéral ont aussi exprimé leurs points de vue sur le projet, sur ses effets éventuels et sur les mesures d'atténuation.

Rapport du Comité d’examen fédéral

Le Comité a remis son rapport au ministre de l’environnement le 2 juillet 2010. Dans ce rapport, on aborde les facteurs qu’on a identifiés dans le cadre de référence du Comité en plus de présenter la raison d'être, les conclusions et les recommandations du Comité en ce qui concerne l’ÉE du projet, incluant les mesures d'atténuation et le programme de suivi.

Le Comité en a déduit que le projet allait avoir des répercussions négatives considérables sur l’environnement du poisson et sur l’habitat du poisson, sur la navigation, sur l’utilisation actuelle des terres et des ressources à des fins traditionnelles par les Premières nations, ainsi que sur leur patrimoine culturel. Le Comité en a également déduit que le Projet, combiné aux projets passés, présents et prévisibles dans l’avenir, entraînerait des effets défavorables cumulatifs énormes sur les grizzlys dans la région de Chilcotin sud, ainsi que sur le poisson et l’habitat du poisson.

Dans son rapport, le Comité a déclaré que plusieurs considéraient que les avantages éventuels du projet au niveau de l’emploi et de l’économie étaient intéressants et que Taseko avait déclaré que le projet devait créer, en moyenne, près de 375 emplois directs par année au cours des phases de construction et d’exploitation. De plus, près de 600 emplois indirects et induits seraient créés en moyenne en Colombie-Britannique pendant les 20 années d’exploitation de la mine. Les dépenses dans l’économie de la région et de la province atteindraient tout près de 200 millions de dollars, alors qu’on estime les recettes du gouvernement à 30 millions de dollars par année au cours de la durée de vie du projet.

Le Comité a ainsi présenté vingt-quatre recommandations touchant la gestion des répercussions environnementales si le projet devait aller de l’avant. Cependant, le Comité a déclaré que le projet allait entraîner des conséquences négatives importantes sur l’environnement au niveau de l’utilisation actuelle des terres et des ressources par les Premières nations, ainsi que sur le patrimoine culturel et sur certains droits et titres éventuels ou établis des Autochtones.

Conclusions du gouvernement du Canada

La réponse au rapport du Comité et aux recommandations présentées au gouvernement du Canada font l’objet de cette réponse du fédéral en vertu de l’alinéa 37(1.1) de la LCEE, comme l’a approuvé le GC et en consultation avec les autres organismes du fédéral.

Le gouvernement du Canada accepte les conclusions du Comité telles qu’elles sont présentées dans le rapport. Le gouvernement souligne le bon travail du Comité qui a entrepris une évaluation complète et détaillée des répercussions environnementales du projet.

Tenant compte du Rapport du comité et de la mise en œuvre de mesures d'atténuation que les AR jugent appropriées, ainsi que pour évaluer les avantages socio-économiques et les éventuelles conséquences négatives importantes sur l’environnement, le gouvernement du Canada a déterminé que les répercussions négatives importantes ne peuvent être justifiées dans les circonstances.

Le gouvernement du Canada souhaite assister à l’élaboration de projets de ressources. Cependant, il doit assurer un équilibre entre les avantages économiques des projets et une exploitation responsable des ressources. Le gouvernement ne s’oppose pas à l’exploitation du minerai dans la mine Prosperity, mais il ne peut justifier qu’on accorde les autorisations qui permettraient au projet de se réaliser dans sa version proposée. Le gouvernement souligne que cette décision n’empêche aucunement le promoteur de proposer un projet comportant, entre autres, des mesures visant à corriger les façons dont le Comité tient compte.

Décisions relative à la marche à suivre

Au paragraphe 37(1.1)(c) de la LCEE, on précise que les autorités responsables (AR), le MPO, RNCan et TC devront adopter une marche à suivre conforme à l’approbation du GC. Par conséquent, en vertu du paragraphe 37(1) de la LCEE, les AR ne devront exercer aucun pouvoir ou réaliser des tâches ou des fonctions qui leur ont été conférées par ou en vertu d’une autre Loi du Parlement qui permettrait de réaliser le projet en tout ou en partie.

Les AR n’accorderont aucune autorisation en vertu du paragraphe 35(2) de la Loi sur les pêches, aucun permis en vertu du paragraphe 7(1)(a) de la Loi sur les explosifs ou toute approbation en vertu des paragraphes 5(2) et 5(3) de la Loi sur la protection des eaux navigables dans le cadre de ce projet. Le MPO ne présentera aucune recommandation visant à amender le Règlement sur les effluents des mines de métaux (REMM) afin de permettre le stockage des refus à Teztan Biny (Fish Lake), Y’anah Biny (Little Fish Lake) et dans des parties de Teztan Yeqox (FishCreek).

Submitted by
Administration
Phase
N/A
Public Notice
N/A
Date modified: